SURNOM
La culotte
Keriotanakore

DATE DE NAISSANCE
29 septembre 1828

MÉTIER — PROFESSION
Aide-soignante dans le cabinet de son frère Charles Harris (médecin de Prologue)

RÉSIDENCE
Côte des Écossais
Censive 2700

LIEU DE NAISSANCE
Prologue

POIDS
126 livres

TAILLE
5 pieds et 3 pouces

PÈRE — MÈRE
Harris, Edward
Saintonge, Madeleine


FRÈRE(S) — SOEUR(S)
John, Bob, Alexis, Mary, Charles

ÉPOUX — ÉPOUSE
Célibataire

Élisabeth Harris


Élisabeth Harris a fait ses études chez les Ursulines de Québec. Elle est particulièrement sensible, comme son frère Charles, à la souffrance humaine. À Québec, elle s'occupe des malades confiés aux bons soins des religieuses Hospitalières. C'est en observant les malades et les médecins qu'elle se découvre des talents pour diagnostiquer les maladies et proposer des remèdes et traitements appropriés. Cependant, elle sait très bien que, parce qu'elle est une femme, la profession de médecin lui est inaccessible. N'ayant aucune propension à la vie religieuse, elle quitte Québec et rejoint sa famille à Prologue.

Ainsi, au printemps de l’année 1849, elle est de retour à Prologue. Elle retrouve sa petite chambre dans la maison familiale. Elle dévore les traités de médecine, d'anatomie, de chirurgie et de botanique de son frère Charles. Encouragée par ce dernier, sa passion pour la médecine ne cesse de grandir. Mais lorsqu'elle parle de ses ambitions à ses prétendants, elle les fait fuir à toutes jambes. Comment leur faire comprendre qu'une femme puisse désirer devenir médecin? Elle passe ainsi pour une femme «à tête d'homme» et demeure célibataire.

Son frère Charles lui offre alors de le seconder dans son travail de médecin. Pour ce faire, il propose de se faire construire une belle maison de briques dans la côte des Écossais dans laquelle il implantera son cabinet de médecin.

Élisabeth hésite à se joindre à son frère et, en mars 1850, soeur Marie L’Espérance l’informe que des religieuses de la Congrégation Notre-Dame de Montréal préparent l’envoi de personnels enseignant et soignant pour la Rivière Rouge. Pour Élisabeth, la voie est alors toute tracée.

Le départ d’Élisabeth Harris pour la colonie de la Rivière Rouge a lieu sur les rives du lac des Deux-Montagnes, le 19 juin 1850. Soeur Marie L’Espérance est du voyage et accompagne Élisabeth afin d'y ouvrir un dispensaire pour les métis.

Une fois parvenues à la Rivière Rouge, elles quittent le groupe de religieuses et, ensemble, elles optent pour l'inconnu, l'aventure et surtout, l'espoir de faire profiter la population plus éloignée de leurs connaissances médicales.

Terrassée par la maladie, Élisabeth revient à Prologue à l’automne de 1852. Elle s’installe dans la maison de son frère Charles et accepte de le seconder dans son travail de médecin.